Rechercher
  • Sarah Leprince

Pathologies en podologie du sport: cas de l'entorse de cheville


La pratique du sport sans entrainement et sans respect de quelques grands principes peut conduire à des blessures plus ou moins importantes, dont la prise en charge doit être complète et immédiate afin d’éviter d’éventuelles séquelles.


Avec près de 6000 cas par jour, l’entorse de cheville est l’une des pathologies ligamentaires la plus rencontrée.


Un simple caillou ou une réception trop brutale peut être à l’origine d’une entorse. Dans 95% des cas, le pied part en bas et en dedans et c’est le ligament externe de cheville qui s’étire ou se rompt.


Le ligament collatéral externe est constitué de 3 faisceaux : l’antérieur, le moyen et le postérieur. Dans la majorité des cas, c’est le faisceau antérieur qui est touché.




Source image : http://www.itsnotlupus.net/entorse-cheville/


La gravité varie en fonction de la position de l’articulation talo-crural mais aussi en fonction de la rapidité de contraction des muscles protecteurs du ligament collatéral latéral, court et long fibulaire (Konradsen et Ravn 1990).


On parle de 3 grands stades :

  1. Entorse bégnine (foulure) grade 1 : Peu ou pas d’œdème et de laxité, étirement du ligament récupération en quelques semaines

  2. Entorse moyenne grade 2 : Œdème +/- important avec déchirure partielle du ligament, récupération 4/8 semaines

  3. Entorse grave grade 3 : Œdème et laxité important, déchirure complète du ligament +/- atteinte osseuse, récupération plus de 8 semaines

Des lésions peuvent être associées, comme l’arrachement de la pointe de la fibula, une lésion de la capsule de l’articulation de la cheville etc, d’où la nécessité de consulté un médecin et faire une radiographie de la cheville si ce dernier pense que c’est nécessaire.


Le traitement conventionnel repose ensuite sur le protocole RICE :

  • R : repos du membre touché

  • I : Ice pour le glaçage total de la zone, plusieurs fois par jour afin de réduire la douleur et l’épanchement de sang

  • C : Compression de la cheville, par bandage (strapping, taping) ou orthèse pour stabiliser la cheville

  • E : Élévation du membre notamment la nuit (coussin)

Les risques secondaires à une entorse de cheville sont surtout la récidive et l’instabilité. Même dans le cas d’une entorse légère, il sera alors nécessaire de pratiquer une rééducation afin de réduire ces risques. Votre masseur-kinésithérapeute ou votre ostéopathe peuvent vous aider à retrouver une cheville opérationnelle en quelques semaines en travaillant sur la restauration des amplitudes articulaires, le renforcement musculaire et la restauration de la stabilité par proprioception.


Si l’instabilité ou la douleur persiste votre médecin saura vous réorienter vers un podologue. Ce dernier pourra vous aider à travers un bilan podologique et postural complet, à stabiliser votre cheville et à reprendre sereinement votre activité sportive.



17 vues